CGT : un appel à la grève pour défendre l’énergie nucléaire

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La centrale nucléaire de Penly près de Dieppe en Seine-Maritime a fait l’objet d’un mouvement de grève à l’appel de la CGT le mardi 4 novembre dernier. Dénonçant le projet de loi de transition énergétique voté par l’Assemblée nationale au mois d’octobre, la CGT entendait ainsi attirer l’attention sur les conséquences réelles de la réduction de la part de l’énergie nucléaire dans le mix énergétique français prévue par ce texte.

Ce mouvement prône la défense de l’entreprise et le service public de l’énergie. Philippe Page, représentant de la CGT au comité central d’entreprise d’EDF, appelait au même titre que la CGT FNME (Fédération nationale des mines et de l’énergie) à une journée de mobilisation pour dénoncer les effets d’une mesure qu’il juge catastrophique pour l’emploi et la qualité de système énergétique français.

Cette loi “constituent une ineptie qui stigmatise une filière industrielle structurante pour le pays et qui garantit des volumes d’emplois considérables sur un grand nombre de bassins d’emploi dont le nôtre”, a déclaré l’organisation syndicale au Courrier Picard, traduisant ainsi l’inquiétude des salariés.

“Le nucléaire est une énergie sans carbone, qui permet un faible coût de l’électricité, avec des emplois qualifiés et assure à la France son indépendance énergétique”, a souligné par la suite Philippe Page qui estime que les objectifs fixés par le gouvernement conduiront à l’arrêt inéluctable de 15 à 19 réacteurs sur les 58 répartis sur l’ensemble du territoire national. Une cataclysme pour l’emploi au sein du groupe EDF bien sûr mais également dans les nombreuses entreprises sous-traitantes et les commerces locaux tous dépendants de l’activité du centre de production nucléaire.

D’autre part, cette réduction de l’énergie nucléaire s’accompagnera selon la CGT d’une augmentation des tarifs de l’électricité, et cela même si le gouvernement s’en est toujours défendu.

La CGT promet d’autres actions en février 2015, lorsque le Sénat examinera le projet de loi, et tentera d’ici là de sensibiliser les élus locaux.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »