La collaboration entre EDF et AREVA est à l’ordre du jour

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Avec les nouvelles nominations à la direction d’EDF et d’Areva, une nouvelle page de l’histoire du nucléaire français est en train de s’écrire… Un rapprochement des deux entreprises publiques est à l’ordre du jour afin de renforcer la filière. Une bonne nouvelle pour l’économie nationale, mais aussi pour les instances internationales telles que l’AIE ou le GIEC qui considèrent le nucléaire comme notre meilleure arme dans la lutte contre le réchauffement climatique.

En perte de vitesse, le groupe Areva subit le contre coût d’erreurs stratégiques trop longtemps occultées par son principal actionnaire, l’Etat. Le renouvellement de sa direction marque donc l’occasion de prendre un nouveau départ… Dans l’idée de la ministre de l’énergie, Ségolène Royal, il est aujourd’hui temps de rapprocher les acteurs de la filière, et notamment EDF, le CEA, et Areva.

Même si « aucune transaction financière n’est à l’ordre du jour » selon le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy, ce dernier a affirmé vouloir améliorer « l‘efficacité opérationnelle » du groupe. Une réponse plutôt favorable envoyée en direction des pouvoirs publics, qui comptent ainsi profiter de l’excellente dynamique de l’énergéticien dont le bénéfice net est en croissance de 5,2% pour 2014.

Cette nouvelle stratégie doit donner un second souffle à la filière nucléaire, et les amendements adoptés au Sénat poussent dans la même direction. En supprimant la date de 2025 pour la réduction de la part du nucléaire, les parlementaires mettent nos géants industriels à l’abri des appétits de groupes étrangers. Il y a quelques jours encore, le spécialiste de l’énergie nucléaire, Alexandre Ouvarov, affirmait : « il serait plus judicieux pour Areva de construire un partenariat avec le groupe public russe »…

Enfin, les retombées positives des nouvelles ambitions de la politique énergétique ne se limitent pas à l’hexagone. En effet, après le GIEC, c’est l’Agence Internationale de l’Energie qui a affirmé que la seule solution pour contenir la hausse des températures à 2°C, serait de voir doubler la puissance nucléaire installée à l’horizon 2050…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »