Hausse de la consommation d’électricité : la production thermique à la rescousse

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Si la période hivernale et les faibles températures qu’elle implique, entraînent de manière générale une augmentation significative de la consommation électrique anticipée par RTE, le gestionnaire du réseau haute tension en France, le mois de février 2015 aura été particulièrement froid et provoqué une surconsommation de chauffage. Un mois durant lequel la production thermique française aura presque doublé pour faire face à cette soudaine augmentation de la demande en électricité.

Utilisés avec parcimonie pour combler les déséquilibres entre production et demande d’électricité en période hivernale ou autre cas de figure exceptionnel, les moyens de production thermique qu’il s’agisse des centrales à charbon, au fioul ou au gaz, offrent aux fournisseurs d’électricité une flexibilité et une réactivité déterminantes pour garantir l’approvisionnement du réseau. Des caractéristiques qui auront permis une fois de plus de surmonter la fraîcheur de l’hiver sans encombre.

En effet, avec une augmentation de 9% de la consommation au mois de février par rapport à la même période en 2014, l’hiver 2015 a nécessité le recours à la production thermique comme variable d’ajustement. Comme l’explique RTE (filiale d’EDF) dans son aperçu mensuel sur l’énergie électrique, “cette hausse a été couverte notamment par la production thermique d’origine fossile (charbon, fioul, gaz) ainsi que par une réduction des exportations d’électricité”.

Le mois dernier, la filière thermique à combustible fossile a ainsi “pratiquement doublé son niveau de production par rapport à février 2014″, atteignant 3.666 GWh, “son plus haut niveau depuis deux ans”, ajoute RTE. Une production thermique supplémentaire venue compléter la production nucléaire toujours prédominante en France avec près de 72,1% de la production nationale en février (environ 52.019 GWh, en hausse par rapport à 2014), mais également l’électricité d’origine hydraulique qui a représenté 12,3% (6.375 GWh) en léger recul par rapport à l’année précédente.

Les autres énergies renouvelables ont elles aussi enregistré une baisse de production par rapport à 2014 du fait principalement de la production exceptionnelle dont a bénéficié la filière éolienne il y a un an. Seule l’énergie photovoltaïque a fortement progressé de 40% en 2015, grâce à un fort taux d’ensoleillement inhabituel pour cette période de l’année. L’éolien et le solaire ont donc constitué 4,3% de la production française totale en février.

Rappelons enfin qu’à l’exception des périodes hivernales toujours sensibles, la tendance à la baisse de la consommation électrique en France se poursuit comme souhaité dans le projet de loi de transition énergétique.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>