La fondation EDF expose les enjeux climatiques

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


Du 4 octobre au 28 février, la fondation EDF organise l’exposition « climats artificiels ». Avec la collaboration de nombreux artistes tels que Yoko Ono et Adrien Missika, plus de 30 installations, photographies ou vidéos, seront proposées au public… Une approche novatrice qui augure des futures transformations nécessaires ?

Mobilisée dans la lutte contre le changement climatique, la Fondation EDF a sélectionné des œuvres d’art qui proposent « un cheminement métaphorique et poétique des interprétations et usages du climat ». A partir de début d’octobre, le public pourra ainsi venir contempler ces créations, regroupées en trois catégories : « l’état du ciel », « états transitoires » et « catastrophes ordinaires ».

Exposées au 6 rue Récamier dans le 7ème arrondissement de Paris, elles doivent contribuer à l’éveil des consciences à l’approche de la 21e Conférence des Parties à la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique 2015 (COP21). Sur place, les spectateurs auront par exemple l’occasion « d’observer des substances insaisissables » et notamment de plonger dans une vague simuler par des effets sonores ou de marcher à travers un nuage artificiel…

Cette approche originale, est le résultat du travail de la commissaire d’exposition, Camille Morineau. Diplômée de l’Ecole Nationale du Patrimoine et de l’Ecole Normale Supérieure, elle a notamment travaillé pendant dix ans au Centre Pompidou comme conservatrice des Collections contemporaines, ainsi qu’à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.

Avec la multiplication de ces initiatives, on s’aperçoit que c’est l’ensemble de la société civile qui se mobilise pour défendre l’avenir des futures générations. Plus qu’une simple réunion de chefs d’Etat, la COP21 pourrait bien être un tournant dans l’histoire de l’Humanité et de son rapport à la nature. Le temps où René Descartes préconisait de se rendre comme maître et possesseur de la nature serait-il définitivement révolu ?

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »